Abilio Diniz veut monter au capital de Carrefour - Capital.fr

Abilio Diniz veut monter au capital de Carrefour   - Capital.fr

Abilio Diniz a toujours le désir d’entreprendre

Mi-2015, la participation au capital de la filiale brésilienne de Carrefour monte à à douze pour cent. De ce fait, Abilio Diniz (de cette source) dispose, via Peninsula, de deux places au CA. Il prend la tête du conseil d’administration de BRF (Brasil Foods), un géant de l'agroalimentaire au printemps 2013. En portant sa participation dans le capital de Carrefour France à plus de 5% des actions, la société d'Abilio Diniz est le quatrième porteur de parts du géant.

La famille d’Abilio Diniz, d’origine portugaise est partie pour le Brésil en 1929 Le jeune homme sort diplômé d'une grande école de management dans sa ville natale, qu'il a rejointe au milieu des années 50. La deuxième ville du Brésil a vu naître Abilio Diniz en décembre 1936. C'est pour ne plus être un souffre-douleur qu'il s’est formé aux arts martiaux.

Une première grande surface ouverte à la fin des années 50

En 1959, Abilio Diniz ouvre avec son père la 1ère grande surface du groupe. Une décennie plus tard, le groupe totalise quarante supermarchés et 1 400 salariés Sur un boulevard fréquenté de Sao Paulo, son père inaugure sa première boulangerie. Pour améliorer sa propre chaîne, Abilio Diniz s'est inspiré de la réussite du groupe Carrefour, dont il a rencontré les créateurs en 1974. En rapport avec le Pain de Sucre à Rio-de-Janeiro, le magasin familial est baptisé Pão de Açúcar.

D'après "Forbes", le patrimoine d’Abilio Diniz est évalué à 3,7 milliards de $ et fait de lui le 10e personnage le plus fortuné du Brésil. Lula, qui n'est autre que l’ancien président du Brésil, dénombrait le chef d'entreprise parmi ses proches. On compte sur le sous-continent brésilien Abilio Diniz parmi les personnalités les plus puissantes.

Abilio Diniz est un homme attaché aux valeurs : le sport, la famille...

Préconisant le contentement et la stimulation des collaborateurs dans l’entreprise, le "capitalisme responsable" est un courant créé sur le continent américain auquel appartient Abilio Diniz. Sportif, le chef d'entreprise débute sa journée par un entraînement sportif. Ancien joueur de football, il a par ailleurs exercé la musculation et la boxe. Fondateur du groupe de football d’Audax, dont l'objectif est de détecter les jeunes potentiels, Abilio Diniz appartient aussi au groupe consultatif du club de football de São Paulo.

Un rapprochement financier et commercial s’opère entre le groupe tricolore Casino et GPA en 1999. En 1995, Abilio Diniz ouvre le capital du Grupo Pão de Açúcar. L'homme d'affaires débute alors une phase d’acquisitions qui fera de GPA le n°1 de la distribution au Brésil. Le plan de sauvetage draconien conçu par Abilio Diniz permet de sauver le groupe Pão de Açúcar, qui ferme 1/3 des supermarchés, licencie vingt mille collaborateurs et cède ses activités au Portugal.